Haut

newsletter-du-JardinOscope




Logo-AAAE

Feuille_1
Feuille_2
Feuille_3


Les bons paillages pour préserver nos ressources...

  • Pour éviter que la terre ne se tasse sous l'effet des arrosages, des pluies ou des piétinement,
  • Pour favoriser l'aération par la micro-faune (vers, insectes…) des racines des plantes,
  • Pour réduire l'évaporation de l'eau du sol, il est fortement conseiller d'utiliser un paillage.

Sol_secheresse
^ Pour éviter çà ! ^

• Sous toutes ses formes, le paillage permet effectivement de réduire d'un tiers les apports d'eau.
• L'épaisseur du paillis doit être au minimum de 5 cm pour être pleinement efficace.
• La couche de paillis réduit le développement des adventices qui consomment de l'eau au détriment de vos fleurs et plantes.
• Vous aurez également moins de travail de désherbage et vous éviterez l'usage de produits phytosanitaires.
• De plus, la dégradation du paillis (à l'exception des graviers) enrichit la terre en matière organique nécessaire au développement des plantes. Les paillages organiques stimulent l'activité des vers de terre et des micro-organismes qui contribuent à améliorer durablement la terre. Ainsi, l'usage d'engrais minéraux n'est plus indispensable.

Les paillis les plus utilisés

1. Le binage est le premier des paillis:

Ne dit-on pas que "Un binage vaut deux arrosages" !
Cette technique permet en effet de former une couche superficielle de terre émiettée qui évite la remontée de l'eau en surface par capillarité et assure ainsi une bonne irrigation au niveau des racines des plantes.

Binage     Griffe

2. Broyât de branches de thuyas

Cette matière organique a une action herbicide très forte. Ce broyât se décompose très lentement (entre 2 et 5 ans) en humus équilibré. Gratuit, permet de recycler un matériau encombrant.
Inconvénient: Ne convient qu'aux plantes déjà installées depuis 2 ou 3 ans, et plus particulièrement aux arbustes.

Thuyas

3. Compost à moitié mûr

Matériaux gratuits. Renouvelable deux fois par an, au printemps et à l’automne. Le compost améliore la structure de la terre et apporte de la matière organique et recrée une couche d'humus (s'il est à moitié mur).
Inconvénient: Risque de faim d'azote s'il n'est pas assez mûr. S'il est trop mûr, les mauvaises herbes poussent dessus.

Compost    

4. Le non tissé

Ce paillage est totalement herbicide pendant 1 an voire plus (le temps que le tissu se dégrade). Laisse passer l'eau. Réchauffe le sol au printemps. Il sont particulièrement pratiques pour couvrir un talus ou une entrée de garage en pente plus ou moins prononcée. Certain d'entre eux à base de céréales sont 100% biodégradables.
Inconvénient: Pas de formation d'humus. Pas très esthétique. Doit être solidement fixé au sol pour ne pas s'envoler.

Paillis_textile

5. Les écorces de pin

Elles résistent longtemps à la décomposition (entre 1 et 5 ans).
Inconvénient: Effet acidifiant. A la longue les plantes végètent, c'est flagrant chez les rosiers.
A réserver aux massifs de terre de bruyères à cause de son effet acidifiant.

Ecorce_de_pin

6. Les déchets de tonte

Ces déchets sont gratuits, c'est une bonne utilisation d'un matériau à recycler, riche en azote.
Inconvénient: Doivent être renouvelés souvent. Une couche de 5 cm de tonte est incorporée au sol en 4 à 6 semaines. Pour éviter qu'ils pourrissent, faites sécher les déchets de tonte avant de les étaler au sol. N'utilisez que de l'herbe non traitée aux herbicides.

Paillis

7. Les paillettes de lin:

Solution très efficaces contre les mauvaises herbes et…les limaces. Pas de faim d'azote. C'est un paillage qui enrichit le sol en humus.
Inconvénient: Coût élevé. La durée de vie est de 1 an à 2 ans. La couleur claire est un peu voyante. Les oiseaux les éparpillent.

Paillettes_de_lin

8. Les écorces de feuillus, les copeaux de bois plus ou moins fins

C'est un paillage qui se décompose en 1 à 2 ans en enrichissant le sol. Pas de faim d'azote.
Inconvénient: Coût élevé.

Paillis_copeaux_bois     Paillis_allumettes

9. Les fèves de cacao

Ce paillage se décompose doucement (entre 6 mois et 1 an) en enrichissant le sol. Belle couleur. Résistent au vent. Pas de faim d'azote.
Inconvénient: Coût élevé. Les cosses de cacao dégagent une odeur assez forte quand elles sont humides que tout le monde n'apprécie pas forcément; Ainsi, évitez de les utiliser aux bords d'une terrasse par exemple.

Paillis_cacao

10. Les feuilles mortes

Elles sont gratuites et se transforment en bon humus, protègent les plantes du froid en hiver. Pas de faim d'azote. Recyclage intelligent d'un matériau renouvelable.
Inconvénient: Aucun.

Feuilles_mortes

11. Gravier, pouzzolane, ardoise pilée…

Décoratif, mais il est conseillé de retirer ces paillis minéraux à l'automne pour éviter qu'il ne s'enterrent et disparaissent. Pour augmenter leur durée de vie, isolez ces paillis de la terre par un feutre géotextile qui ralentira leur enfouissement. Il est intéressant de noter que les paillages minéraux emmagasinent la chaleurs pendant la journée et la restituent la nuit.
Inconvénient: Il ne se transforment pas en humus. Leurs coûts est plus élevés que ceux des paillages organiques mais ils ont l'avantage de durer plus longtemps. Il ont tendance à la longue à s'enfoncer dans le sol.

Paillis_gravier     Paillis_pouzolane

12. Le 'BRF' - Bois Raméal (de rameaux) Fragmenté

Le 'BRF' ou "Bois de Raméal Frangmenté" est une technique récente, mise au point par nos amis canadiens, qui consiste à broyer les branches (délaissez les rameaux épineux comme ceux des rosiers susceptible d'être porteurs de maladies) de moins de 7 cm de diamètre puis d'étaler ce broyât dans les massifs pour en couvrir la terre et stimuler l'activité biologique. Des champignons, sans danger pour les plantes, vont proliférer, transformer le broyât en humus et améliorer la structure et la vitalité du sol. La décomposition du BRF va stimuler la vie du sol et va profiter rapidement aux bactéries, insectes et vers de terre. La matière organique est dégradée en éléments assimilables par les plantes remplaçant avantageusement tout autre engrais. Le sol retient plus facilement l'eau ce qui réduit les arrosages.
Lors de vos opérations de broyage, n'incorporez pas dans votre BRF plus de 20% de broyât de résineux et écartez les coupes des plantes malades.

BRF

Le conseil en plus !

Pour être efficace, la couche de BRF étalée sur le sol doit avoir une épaisseur de 4 à 6 cm. Surveillez et renouvelez ce paillis régulièrement car il se dégrade plus ou moins vite selon les essences d’arbres et arbustes utilisées. Le BRF épandu en fin d'automne ou en tout cas avant les grands froids, est un bon isolant et empêche le sol de geler en hiver.

Comment éviter la faim d'azote ? Lors de sa décomposition, le bois va consommer l'azote présent dans le sol, ainsi les plantes peuvent-elles en manquer. Pour remédier préventivement à cette carence, incorporez en surface de la corne broyée avant de pailler ce qui libérera peu à peu de l'azote.


Catégorie: • Méthode Bio - Tags: , , , , , , , , - Commentaires [6] - Billet édité le 26 mai 07 par
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !


Commentaires sur: Les bons paillages pour préserver nos ressources...

    En fait beaucoup de déchets verts peuvent être réutilisés en paillage. N'ayant pas prévu à temps un stock de feuilles ou autre glanage, je vais utiliser mes déchets de désherbage (une fois bien secs et sans graines) ou encore des pétales que j'avais ramassées et séchées l'an dernier. J'avais trouvé de la sciure mais j'ai lu plus tard que c'était déconseillé, sinon il y a aussi les roseaux secs (de Brière ou des marais) une fois découpés. Je pense que dans la nature on peut trouver pas mal d'idée de paillage sans avoir besoin d'ouvrir sa bourse (c'est effectivement très cher en jardinerie !)

    Posté par Jacinte, 20 mai 11 à 23:54 | | Répondre
  • j'ai acheté un broyeur végétal pour produire mon BRF, mais je me demande si le figuier dont le latex est toxique ne risque pas gêner la pousse de certains végétaux ???

    Posté par rimkin, 09 janv. 13 à 11:31 | | Répondre
  • les feuilles et broyages des branchettes de bambous sont aussi très bon pour les groseilliers tandis que les cannes mises par 10 en tipis permettent la pousse des petits pois-téléphone et haricots grimpants

    Posté par papyjoss, 18 avr. 13 à 08:24 | | Répondre
  • Bonjour.

    Une foule d'infos qui vont dans le bon sens.
    Pour la faim d'azote, j'ai une autre vue des choses. La lignite, écorces et autres broyats à teneur forte en carbone sont trop costauds pour les bactéries.Ce sont les enzymes plus puissants de champignons qui font la dégradation de ces éléments en azote sous sa forme d'amonium et non de nitrates comme avec les bactéries.
    Cela provoque en effet une faim d'azote pour les plantes qui préfère assimiler l'azote sous forme de nitrates.

    Cette activité "fongique" de dégradation amène le sol vers une certaine acidité qui convient mieux aux arbres, arbustes et plantes vivaces en général plutôt qu'aux plantes annuelles qui elles préfèrent les sols à dominante bactérienne donc à tendance basique.

    Bravo encore pour un site très complet, bien fait ludique et qui ouvre la voie vers ce que je pense être l'avenir, la nouvelle révolution agricole.

    Posté par Mary-gaël, 30 avr. 13 à 19:39 | | Répondre
  • vous ne parlez pas de la paille pour éviter la déshydratation du jardinage, qu'en pensez-vous?

    Posté par forveille franço, 13 juin 07 à 15:45 | | Répondre
  • La technique du paillage existe et est utilisée depuis des centaines d'années pour la protection des plantes. A l'origine on utilisait tout simplement de la paille disposée en couche plus ou moins épaisse aux pieds de plantes craignant le gel.

    Posté par Patrick, 13 juin 07 à 22:13 | | Répondre
Nouveau commentaire

Logo-JardinOscope
Le JardinOscope vous remercie de votre visite

« Accueil