Haut




newsletter-du-JardinOscope Rejoignez les 466 abonnés

Comment réaliser une clôture en osier vivant ?

Atelier tressage de saule

Haie-d'osier-vivant
Une haie de saules vivants favorise la biodiversité car elle attire les oiseaux et insectes

Un atelier "osier vivant" s'est tenu récemment au Jardin des Plantes d'Orléans sous la houlette de Didier Villoin, président de L'Association "Les Jardingues". Le groupe d'une vingtaine de participants - des amateurs grand-public et quelques membres de l'assocation - ont relevé leurs manches pour réaliser collectivement une haie en osier vivant et en découvrir toutes les astuces et tous les travers à éviter.

Les-jardingues

Les jeunes pousses souples non ramifiées de saules (salix) constituent le matériau de base de la vannerie. Certaines variétés de saules sont parfaitement adaptées pour la réalisation de paniers ou différents objets en osier, d'autres sont utilisées pour créer des haies, des cabanes, des tunnels ou des gloriettes avec du saule vivant.

Choix de la variété de saule :

Pour réaliser une haie ou une clôture en osier vivant, de type croisé (en losange) ou de type paillasson (brins tressés à la verticale), il est conseillé de choisir votre osier parmi les variétés de saules faciles à bouturer et adaptées au tressage grâce à la longueur de leurs brins et à leur flexibilité :

  • Salix purpurea (saule pourpre) donne des brins verts virant au rouge vers la cime. Peu feuillue, cette variété s'adapte à tout type de sol, préférant des terres humides mais non marécageuses, elle est cependant assez résistante à la séchresse.
  • Salix Triandra ‘Noir de Villaines' Un des osiers les plus utilisés au bois noir à gris-brun qui se bouture facilement et dont l'écorce s'exfolie en vieillissant. Cette variété accepte quasiment tous les sols et ne grossit pas comme beaucoup d'autres Salix, ce qui permet de conserver la grâce et la finesse du tressage.
  • Salix Triandra 'Petite Grisette' : Ses rameaux très fins, gris noirâtre mesurent de 1 à 1,40 m. Les feuilles sont petites, mais très nombreuses. Convient surtout pour la vannerie fine.
  • Salix fragilis 'Rouge Belge' est une variété arborescente, légèrement plus forte que les autres aimant une terre argilo-calcaire. Il présente une couleur jaune-vert et prend des reflets rougeâtres des plus décoratifs en hiver.
  • Salix viminalis (Saule des vanniers) aux longs brins vert-marron assez forts, s’adapte à tout type de sol. Cette variété est parfaite pour réaliser des plessages ou une fascine, cet ancien procédé qui permet de retenir les berges et les talus.
  • Salix alba vitellina (saule blanc) est une variété aux pousses longues, fortes et flexibles dont la teinte jaune-doré voire orangée se remarque bien en hiver. Il pousse aussi bien en sol frais que dans les sols secs et lourds.

Saules

Le stockage des brins

Pour réaliser des structures en osier vivant, choisissez des brins de 1 à 1,5 cm de diamètre et de 2 m à 3,50 m de longueur.
Les brins peuvent être conservés à l’extérieur pendant plusieurs semaines avant de les planter, le pied des boutures trempant de préférence dans 10 cm d’eau. Le gel n'est pas à craindre.

Branches-d'osier-2

Quand planter les brins d'osier ?

La création d'une haie vivante en osier doit être réalisée entre novembre et fin mars. Il s'agit de faire des boutures à bois sec de brins d'osier. Passé fin mars, la sève commence à remonter, ce type de bouturage n'est alors plus possible.

Comment planter les brins d'osier ?

  • Choisissez une exposition ensoleillée et une terre offrant une bonne rétention d’eau. Si le saule apprécie les bords de cours d’eau, il se plait aussi dans tous les sols assez profonds, même argileux.
  • Posez de solides poteaux distants de 3 à 5 mètres avec une jambe de force aux extrémités; une hauteur de 1,50 m est souvent suffisante. La hauteur maximum peut être limitée à 1,80 m.
  • Pour une haie droite, tendez deux rangs de fil de fer, un en haut, le second à mi-hauteur et installez un cordeau au sol pour repérer l'allignement.
  • Pour une haie en courbe, disposez seulement les poteaux sans les fils de fer pour rigidifier la clôture et tracez la forme avec un tuyau d'arrosage. Dans ce cas, installez des poteaux plus rapprochés pour renforcer la structure.
  • Bêchez la terre sur 25 à 30 cm de profondeur ou mieux, ameublissez-la avec une Grelinette sur toute la longueur de votre haie.
  • Incorporez 50 kg de compost au mètre linéaire.
  • Avant de planter les brins d'osier de 2 à 3 m de long, coupez la base en biseau pour faciliter la reprise des boutures.
  • Fichez les brins en terre 2 par 2, en les enfonçant verticalement sur 15 à 20 cm de profondeur tous les 20 cm, plaqués le long des fils de fer (photo ci-dessous). Tassez fermement la terre.
  • Selon le résultat recherché, vous pouvez planter les brins 4 par 4 pour étoffer la haie, ou diminuer l'intervalle de plantation à 10 cm afin d'obtenir des losanges plus petits.
  • Le tressage à brins multiples garantit une esthétique améliorée, une rigidité renforcée, un brin de rechange en cas de dessèchement de l’autre brin.

Planter-l'osier

Tressage   Tressage-2

La technique du tressage :

  • Le tressage doit être fait de bas en haut sans vous occuper des extrémités de la haie dont on s'occupera plus tard.
  • Inclinez les paires de brins à 45°, puis croisez-les pour qu'elles passent une fois devant et une fois derrière.
  • Puis, ligaturez avec du raphia (ou de l'osier) les croisements - la première rangée située à 15 cm du sol, la seconde à 30-35 cm au dessus et ainsi de suite.
  • L'idéal est de travailler à deux, l'un forme les losanges et les maintient en position le temps que le second lie les liens de raphia.
  • Vous pouvez faire des liens provisoires qui vous aideront à maintenir la structure, à rectifier la forme des losanges pour équilibrer l'allure générale. Cette opération est à effectuer sur toute la longueur et hauteur de la clôture en privilégiant certains croisements - on n'est pas obligé de lier toutes les intersections.
  • Pour renforcer la tenue de la structure, vous pouvez faire des attaches au niveau des fils de fer tendus préalablement entre les poteaux.

Tressage-3

Finition des extrémités :

Utilisez les brins restés libres en les changeant d'inclinaisons au niveau des poteaux et en les tressant entre eux et en les fixant aux poteaux.

Finition-extrémité   Finition-extrémité-2

Finition du haut de la haie

Plusieurs possibilités vous sont offertes :

  • Les brins peuvent être laissés libres de pousser vers le ciel.
  • Les brins peuvent être tressés en formant des demi-cercles.
  • Les brins peuvent être torsadés ensembles et couchés sur le fil de fer supérieur (photo ci-dessous).

Tressage-4

Soins et entretien :

  • Enfin, arrosez généreusement et paillez aux pieds des brins d’osier avec des copeaux pour conserver l'humidité.
  • Arrosez régulièrement la première année, surtout pendant l’été.
  • Désherbez pour réduire la concurrence des mauvaises herbes.
  • En hiver, taillez les pousses de l’année en hauteur et sur les côtés pour garder la forme initiale de la haie vivante.
  • Le diamètre des brins augmentera naturellement un peu chaque année, deux brins peuvent se souder, des brins peuvent sécher et mourir, il faut alors penser à les remplacer en guidant des tiges proches pour les remplacer ou planter de nouvelles boutures.

Tressage-fin
Le résultat à la fin des 2h d'atelier 

Quelques exemples réalisés en osier vivant

Cabane_en_osier   Tunnel-en-osier
Tunnel et cabane en osier vivant

Gloriette en osier vivant
Gloriette et paravent en osier

Haie-d'osier-vivant-3   Haie-d'osier-vivant-2
Haie constituée de deux rangées d'osier vivant

Écoutez la chronique d'Isabelle Morand sur France-Info


Avec les conseils d'Isabelle Bréant, artisan vannier, dans le nord de la France


Catégorie: • CAHIER SPECIAL - Tags: , , , , , , - Commentaires [2] - Billet édité le 04 févr. 19 par
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !


Commentaires sur: Comment réaliser une clôture en osier vivant ?

    Merci ! c'est un projet depuis longtemps
    Je viens de faire un épouvantail en osier pas encore en photo
    Bises

    Posté par Catherine D, 06 févr. 19 à 10:15 | | Répondre
  • Chouette article Patrick !
    L'osier apporte toujours une belle présence au jardin.

    Posté par Chantal jardin E, 29 mars 19 à 08:09 | | Répondre
Nouveau commentaire

Logo-JardinOscope
Le JardinOscope vous remercie de votre visite

« Accueil

Stop-pesticides-de-synthèse
Nous voulons des coquelicots
Appel pour l’interdiction
de tous les pesticides de synthèse
www.nousvoulonsdescoquelicots.org/




Logo-AAAE

Feuille_1
Feuille_2
Feuille_3