Haut

newsletter-du-JardinOscope




Logo-AAAE

Feuille_1
Feuille_2
Feuille_3


Méthode de plantation des rosiers

1. Planter les rosiers à racines nues

Rosier_coupe_racines• Un des premiers gestes consiste à retailler les racines sur un bon tiers de leur longueur. Enlevez les plus chétives et celles qui sont sèches. Ce travail est à faire avec un sécateur désinfecté (alcool ou flamme de briquet) et bien affûté pour avoir une coupe bien nette qui cicatrisera vite.

• Eliminez les branches mortes, les pousses faibles ou abîmées. Vérifiez que chaque tige a été rabattue sur un œil extérieur.



 

Rosier_praline• La deuxième phase de la plantation consiste à enrober abondamment les racines d'un pralin. Cette opération évite le dessèchement des tissus racinaires et favorise l'émission d'un chevelu.
Vous pouvez préparer le pralin vous-même, en mélangeant une moitié de terre franche à une moitié de fumier bien décomposé ou d'argile, délayées dans de l'eau. Il en existe également de prêt à l'emploi dans le commerce.

• Un petit plus: Faites tremper les rosiers 3 à 4 heures dans un seau d’eau avant la plantation pour assurer une bonne réhydratation de la plante.

Rosier_plantation• Faites un trou de plantation de 40 à 60 cm de Ø, et de profondeur. Etalez bien les racines sans les retrousser, sur un petit monticule de terre. Veillez à ce que le bourrelet de greffe soit placé au ras du sol (ni trop haut, ni trop bas). Couvrez avec le mélange de terre et de fertilisant organique bien émietté. Agitez doucement le plants pour combler les poches d'air, la terre doit s'immiscer partout entre les racines.

• En terrain lourd, le bourrelet de greffe sera maintenu juste au niveau du sol.

• En sol léger, enfoncez-le de 5 cm environ (mais pas plus). Une plantation trop profonde donne des rosiers qui poussent mal.

• Arrosez copieusement en vidant doucement un bon arrosoir d'eau. L'eau chassera les poches d'air autour des racines qui, sinon, empêcheraient les radicelles de puiser eau et éléments nutritifs dans la terre. une fois l'eau absorbée le niveau de la terre semble baisser. Apportez à nouveau de la terre pour que le point de greffe se situe au bon niveau.

Cas des rosiers grimpants le long d'un mur: Plantez le rosier grimpant à 30 cm environ et orientez les racines à l'opposé du mur pour qu'elles puissent se développer sans gêne.

Cas des rosiers tige ou demi-tige: Enfoncez au préalable un tuteur pour le soutenir. Vous avez le choix entre un simple tuteur droit et les tiges retomberont d'elles mêmes, ou un tuteur parapluie qui les soutiendra.

Au risque d'un hiver froid, il est préférable de protéger le point de greffe des rosiers. Avant les fortes gelées, recouvrez le point de greffe et la base des tiges d'une petite butte de terre et de paille d'une vingtaine de cm de haut ou d'un voile de protection. Dégagez le pied aux premiers redoux, pour éviter que le greffon ne s'enracine au dessus du point de greffe.


2. Planter des rosiers achetés en conteneurs ou en pots

Mireille de "Filroses" vous montre les étapes à suivre pour planter votre Rosier dans les meilleures conditions. (Texte: Philippe, Images & Montage amateur: Julien - Acting: Mireille - Voix off: Valérie)

Entete_Andre__EVE
                                                               Extraits d'une newletter de Guy André

Les conseils du professionnel

Les 6 erreurs à éviter

  • Replanter un rosier à l’emplacement d’un autre.
    La plupart des plantes ont besoin d’une rotation des cultures, le rosier en fait partie. En effet, ses racines secrètent des phytotoxines qui empoisonneront le nouveau plant et limiteront fortement sa vigueur, il restera petit et malingre.
    Une solution : Faites comme les pépiniéristes qui attendent 5 ans avant de replanter au même emplacement un autre rosier ou cultivez une autre plante à la place, quitte à légèrement redessiner votre massif et arracher quelques pieds. Le changement de terre ne sera efficace qu’à condition de la remplacer intégralement dans un volume minimal de 60 cm de côtés et 50 cm de profondeur.


  • Planter trop près d’autres végétaux.
    Que faut-il entendre par trop près ? Soit quand la végétation de la plante voisine peut recouvrir le rosier, le privant d’air et de lumière, soit quand le système racinaire d’une voisine va l’empêcher irrémédiablement de grandir. Il peut s’agir d’un arbre situé à 8m. comme un pin parasol, à 3 m pour une haie de thuyas, ou à 20 cm pour une vivace… Si vous constatez, en creusant le trou de plantation, une abondance de racines et de radicelles et que vous ne pouvez changer l’emplacement des rosiers, augmentez les dimensions du trou et installez une barrière anti-rhizomes ou "stop racines" pour protéger durablement l’espace vital des racines des rosiers.

barrière-anti-rhizomes
Barrière anti-rhizomes ou "stop racines"

  • Ne pas assez arroser à la plantation.
    Même s’il gèle légèrement ou pleut, il faut abondamment arroser après la plantation pour caler le rosier et supprimer les poches d’air. Donnez au moins 10 litres par pied (un arrosoir).

  • Oublier d’arroser après la plantation.
    L’arrosage abondant à la plantation ne dispense pas de le renouveler malgré les pluies d’hiver et plus particulièrement si les rosiers sont plantés dans un jardin de résidence secondaire où vous ne retournerez pas avant les vacances de printemps ou d’été. Vous devez absolument les faire arroser régulièrement, sinon, vous courrez un très important risque de non reprise.

  • Planter trop serré
    Les rosiers et les autres plantes ont besoin d’espace vital. Voici un exemple que j’ai découvert récemment dans le jardin d’un de nos clients. Plantés dans le même trou de 50 cm. de côté, une clématite et deux rosiers grimpants ne peuvent pousser de manière satisfaisante, c’est le volume nécessaire pour un seul rosier ! Respectez les distances que nous recommandons et attendez la deuxième année pour planter une plante grimpante ou une vivace et à 40 cm. du rosier.

  • Transplanter un vieux rosier sans le tailler très court.
    N’hésitez pas à le rabattre à 10 cm. au-dessus du point de greffe, y compris pour les grimpants, vous éviterez le dessèchement des grandes branches qui entraîneraient un retard de végétation voire un échec complet. Lors de l’arrachage, conservez le plus de racines possible.

Article sélectionné par Pure Sweet home


Catégorie: • Planter - Tags: , , - Commentaires [2] - Billet édité le 23 nov. 06 par
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !


Commentaires sur: Méthode de plantation des rosiers

    vraiment génial ce blog! merci pour tous ses conseils...on verra au printemps le beau résultat!

    Posté par christine, 14 nov. 09 à 20:27 | | Répondre
  • J'ai fiat un parterre de rosiers chez une amie,je viens de lire tes conseils et j'ia fiat exactement comme cela;Apparement ils ont bien repris ,ils ont fiat des feuilles .REpqiué en automne

    Posté par lechaudrondetaka, 10 févr. 13 à 17:14 | | Répondre
Nouveau commentaire

Logo-JardinOscope
Le JardinOscope vous remercie de votre visite

« Accueil